« Histoires d’Auvergnats », le livre

Christian Robert a transposé dans un livre les « Histoires d’Auvergnats » qu’il raconte à la radio depuis plusieurs années. Une réussite…

Vialatte avait raison : « L’Auvergne produit des ministres, des fromages et des volcans. » Mais à son aphorisme beau comme un étendard, nous ajouterons, en manière de lapalissade : l’Auvergne produit aussi des histoires d’Auvergnats, qui ne sont pas des histoires comme les autres.

Car avec un Auvergnat, tout peut advenir. De lui tout peut découler. Au reste nous verrons qu’un jour, en plus de devenir inventeur, ministre, explorateur, ou de simplement tourner son aligot dans une marmite, un Auvergnat bâtira un volcan de ses propres mains. Pour la beauté du geste. Histoire de ne pas faire mentir l’adage : à l’impossible nul Auvergnat n’est tenu. C’est pourquoi il est recommandé d’en avoir toujours un en réserve (y compris de la République). Dans « Histoires d’Auvergnats », Christian Robert ne nous dit pas autre chose. Il démontre en vingt existences exceptionnelles, vingt portraits extrêmement fouillés, qu’en effet, impossible est un mot inconnu des Arvernes.

L’art du portrait

L’art du portrait requiert de la part du portraitiste trois qualités : éprouver de l’empathie pour le modèle, quand bien même celui-ci serait une canaille ; connaître le sujet sur le bout des dix doigts ; s’effacer derrière une écriture claire et dépouillée pour ne pas faire obstacle par son style à la figure du modèle. Trois qualités dont Christian Robert est amplement pourvu, et dont il ne s’est pas fait faute d’user pour écrire « Histoires d’Auvergnats ».

Exemple type, son portrait du Marquis de La Fayette. Il brosse en dix-sept pages les traits d’un homme dans sa vérité. Le libérateur de l’Amérique descend du socle où les historiens l’ont statufié, et reprend sous nos yeux le cours de sa vie généreuse, élégante et épique. Le lecteur suit les aventures du Marquis comme s’il en était le témoin direct.

Les chemins de la radio mènent au livre

Ce talent de conteur, ce talent de peintre qui donne vie aux personnages de sa toile, Christian Robert l’a développé à la radio. Depuis plusieurs années, il anime sur six antennes (*) une émission précisément intitulée « Histoires d’Auvergnats ». On comprend par là qu’en écrivant son livre il a franchi le mur du son, avec la facilité d’un avion qui avait du gaz à revendre pour escalader les « Mach ».

Suite logique de son émission, le livre qu’il soumet aujourd’hui aux lecteurs ne pouvait être écrit que par un Auvergnat, né en l’occurrence à Riom et demeurant à Châtel. C’est qu’il fallait être tombé tout petit dans l’Auvergne pour avoir l’idée de nous conter la vie étonnante de Bernard Cournil, le fabricant de 4×4 ; de se poser la question à laquelle nous n’avions pas personnellement la réponse : « Mais qui était Marcel Michelin ? » ; de décrire la trajectoire héroïque et terrible de Marinette Menut, pharmacienne à Riom et résistante ; ou encore de remuer ciel et terre pour retrouver la fille de Louis Cambon, « L’Auvergnat » de Brassens, dont le témoignage de première main apporte un éclairage neuf sur la vie du chanteur.

« Il y a trois ans je n’imaginais pas un instant écrire un livre » nous a confié Christian Robert. Voilà que c’est chose faite, et bien faite, et nous attendons la suite, impatients. Son stock d’histoires d’Auvergnats semble inépuisable : cent douze portraits à ce jour pour la radio !

(*) Radio Arverne, Radio Craponne, Radio Pays d’Aurillac, Radio Coquelicot, Radio Variance FM, Radio FM43. L’émission est également diffusée par le site www.auvergnat.biz. Voir aussi le site de Christian Robert : www.histoiresdauvergnats.com.

Histoires d’Auvergnats, Christian Robert, éditions des Monts d’Auvergne (2014), 20 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *